Atelier de terrain 2015 dans l'Eure

Mise à jour 05/03/2015

 

   

« Un pour tous, tous autour du Sol »

 

« Quel serait l’intérêt d’une meilleure prise en compte de la qualité agronomique

des sols dans les documents d’urbanisme et les PLU intercommunaux ? »

37 participant-e-s à cette journée du 26 février 2015 à Gaillon (Eure).

Télécharger le programme

contact : a.gosselin@wanadoo.fr

 

PLUI quels changements, quelle pertinence ?

Les aspects règlementaires présentés par le CAUE

Télécharger la présentation

Témoignage : Le PLUI de Flers

 

Quel document d’urbanisme pour quelle gestion du foncier ?

Contexte de la CCEMS et outils de gestion disponibles en Haute Normandie

Télécharger les présentations :


   

   

Échos autour de l’exposition : les représentations des visiteurs

Témoignage de M. Battistani maire de Biéville Beuville

 

La parole aux participants

 

Sol : se mettre d’accord sur les termes

Avec 2 courtes vidéos « Let’s talk about soil » et  intervention au CESE du président de l’AFES, D. Arrouays

 

Les indicateurs des qualités du sol et  les fonctions des sols : ESITPA

Télécharger la présentation

Diagnostic pédologique, méthodologie et échelle de travail du Référentiel Régional Pédologique, exemple de gestion de parcelle par le Conservatoire des Espaces Naturels de Haute Normandie.

Télécharger la présentation

 

La parole aux participants

 

 

Échos d’expériences extérieures

Gardanne, Tours, Gestion dynamique des potentialités agricoles de l’Hérault

Télécharger la présentation

 

Projet de territoire

Les potentialités agronomiques face aux autres  services rendus par les sols

Synthèse des interviews

 

Table ronde

Échanges coopératifs et avis des différents acteurs sur les 2 questions

PLU intercommunaux une chance ?

Intérêt de la prise en compte de la qualité des sols en préalable aux documents d’urbanisme

CAUE, ESITPA, SAFER, EPF, CEN, DDTM, Chambre d’agriculture, CCI, service urbanisme CCEMS, membres de l’Afa, sociologue, agronomes

 


La parole aux participants et Suites à donner : synthèse des points de discussion

Télécharger le texte

 

 

1)- PLUI, SCOT et méthodologie de projet.

 

Les dossiers de présentation, les projet d’aménagement et de développement durable sont obligatoires.

Le diagnostic agricole est la règle et le passage obligé dans l’Eure

-          Inventaire des fermes et de leurs fonctionnalités

-          Avec quels outils de travail

-          Avec quels objectifs de transmission

-          Avec quels potentiels économiques

-          Analyse multicritères

Des progrès énormes depuis le Grenelle : de variable d’ajustement en 2006 l’agriculture est devenue un point d’intérêt : les élus sont sensibilisés à la nécessité de préserver l’agriculture comme activité économique à part entière grâce au document de gestion de l’espace agricole et forestier et à la charte pour une gestion économe de l’espace Eurois.

 

Si l’Agriculture et les milieux naturels sont biens pris en compte dans les documents du SCOT, est-ce qu’il est possible, pertinent, important d’aller plus loin ? En rentrant plus profond dans la méthodologie de projet :

 

         Inventaire des points forts et des points faibles du Territoire à tous points de vue

[patrimoine, nature ordinaire ou extraordinaire, caractéristiques des cours d’eau et des bassins versants, paysages liés au relief et au mode de culture, accessibilité (route, autoroute, train, fleuve) attractivité économique, dynamique économique, démographie, emploi, santé des habitants…]

         Pour chaque thème rechercher quels sont les indicateurs de vulnérabilité,

         Que risque –t-il de se passer à 5 ans, 10ans, …quelles hypothèses sont réalistes ?

         Comment organiser la concertation à 23 communes et aboutir à une vision partagée du Territoire ?

         Comment passer d’une logique de réponse à des contraintes à une logique de projet de vie, de dynamique économique qui réponde à l’originalité du territoire, qui respecte l’authenticité de chaque village, qui réconcilie l’industrie et l’agriculture, la cité et le village en rétablissant des liens entre les gens ?

         Comment construire un projet gagnant-gagnant partagé et acceptable par tous et évolutif ?

         Décider ensemble les points de vulnérabilité que la CCEMS veut accompagner, renforcer, corriger ?

         Impliquer la population et l’intéresser pour une plus grande participation aux enquêtes publiques (liens avec la citoyenneté) et pour une appropriation des enjeux ;

 

2)- Comment obtenir la connaissance de l’état des sols

Qualité agronomique, de fertilité, de capacité à séquestrer le carbone, de support et réservoir de biodiversité, de support d’activité économique ou de loisir…

         Exemple de la cartographie au 25 000ème de la Safer de Basse normandie (délai de 3 ans pour un département)

         Exemple de cartographie au 250 000 du CEN dans le cadre du RRP (référentiel régional pédologique) et du SRCE (Schéma Régional de Cohérence Ecologique)

         Association Défisol des agriculteurs de l’Eure : données privées

         Comment connaître les détenteurs des données ou des métadonnées (travail de l’IRD2)

         Comment concilier les intérêts contradictoires entre données publiques et données privées.

         Comment compiler les données de provenances différentes

         Comment garder la mémoire des données récupérées ?

         Le sol peut-il devenir une science participative et les données peuvent-elles êtres rassemblées par le service civil ?

 

3)- Comment avoir connaissance des outils et des partenaires potentiels

 

Prendre le temps de la réflexion (cf temps pour le SCOT de Tours)

Connaître les organismes et leurs sujets d’étude et des outils d’aide à la décision qu’ils proposent et qui apportent des réponses pertinentes pour construire les projets.

Choisir les bureaux d’études qui « savent faire »

S’approprier les services écosystémiques des sols : ex le CAUE accompagne les territoires dans la connaissance des fonctionnalités des écosystèmes.

 

4)- Biodiversité

Variabilité, densité et intensité

Nombre d’espèces, variétés dans chaque espèce

Liens avec la résilience des milieux

Liens avec la capacité à la séquestration du carbone et au potentiel de fertilité

Nécessité d’évolution du modèle d’agriculture

Possibilité de rémunérer la capacité à séquestrer le carbone.

 

5)- Enjeu Climat/sols

Parler de dérèglement plutôt que de réchauffement climatique car les extrêmes s’accroissent.

Plus on artificialise les milieux, plus on devient vulnérables aux aléas.

Avec l’artificialisation, on ne contrôle plus rien (ex inondations).

Les sols sont primordiaux pour leurs services de régulation, de stockage, de filtration, pour limiter les dérives climatiques.

Il suffirait d’une augmentation de 4%0 du taux de carbone pour absorber les excès anthropiques des gaz à effet de serre.


En savoir + sur agronomie et territoires

La question des territoires alimentaires des villes a été abordée dans la Revue de l'Afa

Les territoires d'alimentation des villes : empreinte alimentaire et bassin d'approvisionnement, deux concepts de l'agronomie des territoires, Marc Benoit, Petros Chatzimpiros et Vincent Thieu, Agronomie, environnement et sociétés, vol.1, n°2, 2011