Agronomie et Paysage

 

 

Cette réunion était co-organisée par le Collectif Paysage(s), l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage et l’Association Française d’Agronomie dans le cadre des vingt ans de la loi Paysage avec le soutien du ministère en charge de l’agriculture. L’objectif de cette réunion était de renforcer les liens entre agronomes et paysagistes pour contribuer à améliorer la contribution des systèmes de production agricole à un développement durable des territoires et conjointement la qualité du cadre de vie offert à la société.

 

Le film, très apprécié, «Dessine-moi un paysage bio » réalisé par Lamia Otthofer, Nathalie Arroyo et Lionel Goupil de la Bergerie Nationale a été suivi par un petit débat puis par la présentation de 3 exposés : l’un de Françoise Lescourret relatant les recherches menées dans les unités sous tutelle du département «Environnement et Agronomie» de l’INRA sur les mosaïques paysagères et l’écologie du paysage, le second de Philippe Martin d’AgroParisTech sur les programmes concernant l’organisation des paysages agricoles et la protection de l’environnement notamment de l’eau et des sols et enfin celui de Rémi Janin, paysagiste, présentant un cas de figure d’une exploitation agricole ayant bénéficié de l’apport d’un paysagiste pour optimiser la production et la qualité paysagère.

 

Bilan et propositions

 

Télécharger la synthèse

 

 et pour en savoir + Télécharger les notes

 

 

Points abordés lors de la discussion

 

Les participants s’accordent sur plusieurs points :

   

-La nécessité de travailler sur la composition spatiale pour être capable de

• mieux régler les problèmes d’environnement et de pollution liés aux systèmes de production agricoles actuels,

 favoriser l’usage des ressources naturelles locales au profit de systèmes agronomiques productifs et autonomes en intrants,

 améliorer la qualité paysagère des espaces agricoles.

 

-Le besoin de réfléchir de façon interactive à plusieurs échelles spatiales et temporelles : de la parcelle agricole à l’exploitation et au territoire en prenant en compte les différents gestionnaires, décideurs et acteurs de ces espaces et la durée de leurs interventions.

 

-L’intérêt de pouvoir croiser différentes approches techniques, fondées sur la recherche de modèles explicatifs du fonctionnement spatial des composantes agroécologiques, et sensibles, fondées sur une attention particulière aux formes, au «design agricole, à leurs évolutions et à la façon dont elles sont perçues.

 

-L’importance de renforcer le travail de terrain et l’usage des outils de représentation du paysage pour mieux travailler sur la multifonctionnalité de l’agriculture, le multi-usage de l’espace et la prise en compte des caractéristiques locales

 

-L’importance d’un projet de paysage à l’échelle d’un territoire pour faciliter la mise en œuvre de nouveaux systèmes de production agricoles.

 

-L’urgence de prendre en compte des approches paysagères dans les programmes concernant la mise en œuvre d’une agriculture durable à l’échelle des exploitations ou des territoires, notamment dans les programmes «Produire autrement», «Ecophyto» et dans les politiques en cours du type «verdissement de la Pac», «protection du foncier agricole»...

 

Des suggestions ont été apportées concernant le besoin de renforcer les études économiques sur le coût des évolutions des systèmes de production durable, l’intégration de la question architecturale des bâtiments agricoles dans les approches paysagères, la compréhension des blocages institutionnels pour généraliser ces approches dans la mise en œuvre de systèmes plus durables, la notion de «qualité paysagère», l’intégration des agriculteurs dans l’élaboration des documents d’urbanisme par rapport au rôle qu’ils jouent en termes de cadre de vie, une meilleure connaissance des engagements pris par la France en signant la Convention Européenne du Paysage.

 

Propositions

 

-Renforcer la connaissance de l’agronomie dans les écoles de paysage et la capacité de prendre en compte les demandes en termes de qualité du cadre de vie dans les formations d’agronomie

 

-Proposer des programmes de recherche faisant travailler ensemble agronomes et paysagistes sur des projets agricoles et paysagers, à l’échelle d’exploitations agricoles ou de territoires

 

-Organiser avec l’Afa et les organisations ou écoles de paysagistes des ateliers de terrain réunissant agronomes et paysagistes sur des cas concrets pour mieux découvrir les démarches de chaque discipline.

 

-Utiliser des territoires d’expérimentations chez des agriculteurs volontaires ou dans des lieux privilégiés tels que grands sites, fondations, fermes collectives pour approfondir comment utiliser le paysage dans les relations entre agriculteurs et société et mettre ensemble agriculteurs, agronomes et paysagistes pour imaginer et réaliser des projets de paysage et d’agriculture durable en lien avec les collectivités territoriales.

 

-Profiter des échéances juridiques et réglementaires pour faire des propositions conduisant à mieux utiliser le paysage comme une clé d’entrée pour des projets agricoles contribuant au développement durable des territoires : relance des plans de paysage, loi sur l’agriculture, sur la biodiversité, réforme de la PAC notamment.

 

 


 

Déroulement du séminaire

 

En savoir +

• En Mai 2013, la FN CAUE a organisé une semaine Agriculture et paysage

http://fncaue.fr

 

• Sur le site de l'ENSP, des documents parlant d'agronomie