Vous êtes ici : Accueil  > Espace adherent  > AgroThèque test

AgroThèque test

espace en accès réservé au groupe de préparation jusqu'au 05/10/2017 : 

Philippe Prévost, Jean-Jacques GAILLETON, Thierry DORE, Jacques CANEILL, Danielle LANQUETUIT

et aux membres du bureau.

Puis ouvert à tous publics pour la phase de redémarrage

 

Possibilité pour réunions tél http://www.telefute.com/teleconference/ 

   


Le démarrage du projet

Relevé de décisions de la réunion sur la Base de cas (réunion téléphonique, 28/10/11)

Ont participé : Jacques Caneill, Thierry Doré, Jean-Jacques Gailleton, Danielle Lanquetuit

 

Rappel de l'objectif : instruire le dossier suite à la décision du CA de septembre 2011, pour soumission au CA de janvier 2012 d'une proposition plus détaillée.

 

Points abordés et éléments de discussion ou de décision saillants :

 

1- Préciser le public

 

Public prioritaire de " formateurs " au sens large. On fait l'hypothèse triple (i) que ce public a des connaissances agronomiques, (ii) qu'il est capable de faire un travail d'ingénierie didactique à partir du matériau fourni dans les " cas ", (iii) que ce dont il a besoin ce sont plus des cas de questions agronomiques traitées que d'éléments de formation de base.

Le matériau rassemblé dans la base peut trouver dans un 2° temps un autre public, sous réserve d'une transformation appropriée : le grand public, pour contribuer par exemple  Ã  la rubrique du site " découvrir l'agronomie ".

Il peut aussi servir dans un 2° temps pour la construction de modules d'enseignements ; ce qui serait proposé serait non plus une description digérée de travaux, mais des séquences complètes de formation.


2- Définir le cahier des charges (avec enquête sur les utilisateurs potentiels ?)

 

L'Afa souhaite avoir un rôle en amont de définition du type de produit attendu, et en aval de mise à disposition des produits.

Ce sont les proposants de cas qui réalisent le travail de passage d'un produit brut (un travail de recherche ou de recherche-développement) à un produit élaboré.

Compte tenu du public visé, les cas pourraient servir pour fabriquer cours, TD, examen En première approximation le produit élaboré pourrait contenir : (i) une vidéo " interview "expliquant en quelques minutes le contenu du cas (permettant au " client " de voir si ça l'intéresse ou non), (ii) une série de diapos liées à (iii) un résumé étendu (environ 5 pages), lui-même renvoyant par liens hypertextes vers (iv) un document de référence (la thèse si c'est issu d'une thèse) et des références complémentaires, bibliographiques ou Internet, et contacts, (v) également vers des tableaux de données directement utilisables par des " clients " pour faire des graphes, monter des TD

On teste ce cahier des charges et des produits existant (celui de Jacques sur le profil cultural, un bon de la série indiquée par Guy Trébuil, un à construire par TD à partir d'une thèse) auprès de divers collègues de l'enseignement technique et supérieur.


3- Préciser le chemin d'instruction (origine des cas, examen par qui, dépôt où...)

 

Au départ, il faudra certainement solliciter, puis on peut espérer que cela deviendra attractif. Passer notamment par les profs du sup (jurys de thèse), les animateurs de RMT

Prévoir la mise en place d'une sorte de " comité éditorial " composé de représentants de l'Afa, d'une personne de la DGER, de conseils d'EDUTER

Ce comité est à la fois le garant du respect de l'idée initiale, et c'est lui qui à ce titre examine les propositions de cas ; et le moteur de l'évolution de l'outil que constitue la base

Envisager d'ajouter à chaque cas mis à disposition un formulaire de commentaire qui repart vers le comité éditorial

Le dépôt se ferait sur une partie dédiée du site ; en phase de montage cette partie peut être réservée au groupe de travail


4- Faire des propositions en matière d'accès aux cas, de gestion des droits d'auteur

 

Plusieurs arguments pour limiter l'accès à la base aux adhérents : (i) il faut connaître de l'agronomie pour bien valoriser les cas, (ii) cela donne de la valeur ajoutée au fait d'être adhérent, (iii) cela constitue un produit d'appel pour des adhésions d'enseignants du secondaire.

On peut toutefois envisager d'en avoir " trois en vitrine, vingt en magasin "

L'Afa aurait le rôle d'éditeur et non d'hébergeur, l'éditeur se définissant par : assurer la publication et la diffusion d'une Å“uvre, contrôler la sélection et l'organisation d'un catalogue de programmes, avoir la maîtrise éditoriale de son contenu.

L'interface entre le producteur et l'Afa serait régie par une licence Creative common, à choisir. Outre la reconnaissance de paternité la licence doit permettre la modification, et on serait parti plutôt pour autoriser aussi la commercialisation.

L'interface entre l'Afa et le " client " devrait prévoir une utilisation personnelle non cessible, si on veut respecter la priorité aux adhérents


5- Identifier les moyens nécessaires (d'ingénierie web, d'ingénierie pédagogique couplée en aval...)

 

Du temps de bonne volonté de l'Afa

Un conseil de la part d'EDUTER

Si possible du temps d'un agent DGER

Du temps de Webmaster, à chiffrer par Danielle

Jacques est éventuellement intéressé pour piloter l'ensemble pour l'Afa, à valider en janvier quand il connaîtra mieux sa disponibilité


6- Réfléchir à l'attribution d'un prix (Pourquoi ? Quelle dénomination ? Couplage avec un éditeur ?)

 

C'est un bon support de prix, original, mais c'est un peu prématuré de se lancer là-dedans tant qu'on ne sait pas comment ça va marcher ; on garde l'idée en tête


7-Le terme même de "base de cas" est-il approprié ?

 

On cherche autre chose, chacun y réfléchit, en visant un nom qui évoque à la fois le contenant, et le contenu : on a évoqué K2 avec un sous-titre, médiathèque agronomique, Agrothèque

 


Note au CA de janvier 2012

Extrait du CA du 17 janvier 2012

Mise en place de " l'agrothèque " de l'Afa

T. Doré rappelle que ce point a déjà été abordé lors de la précédente réunion du conseil, et le projet a donc été instruit par un groupe d'administrateurs pour présenter une note argumentée pour la mise en place d'une base de cas agronomique à vocation pédagogique. J. Caneill présente rapidement la note adressée aux administrateurs :

- l'objectif est de produire des études de cas, et non de la théorie agronomique, à partir de résultats de recherche ou de recherche-développement, dans un format permettant qu'elles soient reprises par des formateurs pour leur enseignement (cf. l'exemple proposé) ;

- ces études de cas seraient proposées à un comité ad hoc de l'Afa qui assurerait un rôle d'éditeur. Le groupe " capitalisation et transmission des savoirs agronomiques " pourrait intégrer ce projet dans ses activités ;

- ces études de cas seraient en ligne sur le site de l'Afa et l'accès serait réservé aux adhérents, car c'est un produit spécifique ;

- la mise en place est prévue en 2012, avec une procédure à mettre en place, et une première sollicitation des adhérents, et en particulier des enseignants-chercheurs en agronomie ;

- un prix pourrait être envisagé pour ces études de cas, de manière à rendre attractive la production d'une étude de cas ;

- l'intitulé " agrothèque " est provisoire et peut évoluer vers un autre nom.

Quelques administrateurs apportent leur point de vue sur ce projet :

- il est important de diversifier les produits d'origine des études de cas, qui ne seront pas obligatoirement des thèses (J. Boiffin), et il est important de solliciter des structures qui peuvent être productrices d'études de cas, comme les GIS, les RMT ou les UMT (N. Le Corre-Gabens) ;

- le nom doit bien mettre en évidence le fait que ce projet est à destination des formateurs (G. Trébuil) et il serait peut-être judicieux de l'intituler " Agrothèque pédagogique " ;

- cette nouvelle action peut avoir un bon impact et le portage nécessite qu'un groupe d'adhérents se rende disponible, ce qui n'est pas le cas actuel du groupe " Capitalisation et transmission des savoirs agronomiques " (P. Prévost).

Les administrateurs encouragent la poursuite du travail, pour une mise en place progressive en 2012.


Réunion du 19 mars 2012

 


CR Réunion du 22 mai 2012

David Séverin  (Eduter), Guillaume Mignotte (Eduter), Cécile Coulon (Afa)

Agrothèque Afa & mise en ligne des cas

 

Une boutique en ligne va être créée pour permettre le paiement des adhésions par carte bleue. Eduter a proposé à l'Afa le service " Agrishop " (devis du 14 mai 2012, réf. AS_AFA_052012). Le plus simple consiste à proposer l'accès au contenu des cas de l'Agrothèque via cette " boutique en ligne ". Ainsi sur la base du devis actuel précisant une limite d'espace disque de 300 Mo aucun surcoût ne sera à prévoir et cela permettra au contraire de profiter au maximum du service payant proposé par Eduter. Cela permettra aussi de limiter le temps de webmaster. Cela sera beaucoup plus facile que le développement d'une partie spécifique sur le site de l'Afa.

Les cas pourront être présentés sur le site de l'Afa (possibilité d'inclure dans la page web une vidéo de 2-3min et un court résumé) et un lien permettra de se diriger vers la boutique.

 

Pour un modèle voir la boutique d'Agrosup : http://paiements.agrosupdijon.fr/fr/

Il est possible d'envisager à terme plusieurs catégories dans le menu de gauche : adhésion, Agrothèque, inscription aux séminaires/colloques de l'Afa, livres

 

Un cas correspondra à un fichier .zip contenant plusieurs fichiers (.pdf, .xls). L'utilisateur pourra directement télécharger le fichier suite à son achat (à gérer en amont par l'administrateur de la boutique).

On ne pourra pas se protéger d'une diffusion des documents suite à l'achat. Il faudra rédiger dans les conditions générales de ventes un article présentant les conditions d'utilisation (fichiers protégés par des dispositions en matière de droits d'auteur, utilisation dans les limites suivantesetc).

 

Il sera possible de proposer des produits/cas à 0€ (pour les cas ‘exemples').

Deux tarifs pourront être proposés pour les adhérents et non adhérents. Les adhérents payant leur cotisation via la boutique devront créer un compte utilisateur sur la boutique indépendant du compte utilisateur du site de l'Afa. Leur statut d'adhérent leur permettra d'avoir le tarif réduit. Dans les comptes utilisateurs de la boutique il faudra rajouter un champ " adhérent OUI/NON ". L'adhésion annuelle via la boutique activera le compte utilisateur pour une durée déterminée. Ceux qui paieront par chèque devront aussi créer un compte utilisateur sur la boutique, leur statut d'adhérent sera modifié par le webmaster suite à la réception du paiement. Il faudra prévoir de synchroniser les listes adhérents entre le site Afa et la boutique.

 

La boutique et les fichiers relatifs seront hébergés par Eduter.

 

La formule " Agrishop " souscrite pourra évoluer suivant les capacités de stockage nécessaires.

Une dizaine de cas devraient être disponible pour la première année.

 

La mise en ligne de la boutique est prévue pour septembre 2012.

 

Les aspects éditoriaux vont être vus avec Françoise Batit-Crocy. Un comité éditorial va être mis en place.

 

Le cahier des charges sera validé au prochain conseil d'administration de l'Afa (le 26 juin 2012).

 

Suite à ces éléments discutés, Eduter complète sa proposition de service Agrishop pour mi-juin 2012.


Idées en vrac

 

Une présentation de livre en ligne utilisée par une association accompagnant les projets d'Agenda 21 en milieu rural

http://www.notrevillage.asso.fr/guidebonnespratiquesdd/index.html

le procédé est http://www.fluidbook.com/

 

Une thèse

Noémie PASCAULT   

  Télécharger la thèse en français (5.2 Mo)...

"Réponse des communautés microbiennes du sol à l'apport de résidus de culture : influence des pratiques agricoles et lien avec le fonctionnement biologique du sol"

http://www2.dijon.inra.fr/umrmse/spip.php?article174

 

Test eyedo : dispositif d'évènement en ligne, utilisable en direct et en différé, associant vidéo, diaporama

Échantillon proposé par Danielle

Un dispositif d'évènement en ligne, utilisable en direct et en différé, associant vidéo, diaporama ou autre document en ligne, et tchat

le service http://www.eyedo.com

et un exemple "réveil matin du développement durable, avec ACIDD et Cap Digital :

http://www.eyedo.com/fr/WhiteBoard/WhiteBoard/1032

 

 

Avis de Guy Trébuil

l'exemple confirme l'intérêt de ce genre d'outil pour faciliter dialogue et échange autour d'une question clé sur un mode très distribué (dans l'espace et le temps) et à bas niveau d'impact carbone!
Cependant on voit bien sur le site que les meilleures réalisations imposent toujours (comme pour une réunion physique) :
- un animateur ayant du temps : travail de préparation avant l'évènement, de modérateur en cours de ocnférence et de valorisation ex-post (archivage, etc.)
- le choix d'un sujet bien circonscrit et d'échanges bien focalisés

Pour l'Afa, on peut penser par exemple à l'usage (et l'utilité pour les enseignants et le grand public) d'un tel outil pour (par ordre croissant d'ambition) :
- Créer un produit audio-visuel d'un groupe de travail de l'Afa (type bilan des réflexions du groupe sur un sujet)
- Présenter brièvement par ce moyen les Cas de la future Agrothèque pédagogique au moment de leur mise en ligne (clic dessus dans la lettre bimensuelle)
- Avoir sur le site une section "Thé ou Café virtuels de l'Afa" proposant une controverse ou disputation entre agronomes de plusieurs métiers sur un sujet d'actualité
- Interviewer nos futurs "agro-reporters" de retour des fronts agronomiques lointains ( style "Des racines agronomiques et des ailes" ;->)
- Elargir l'audience des "évènements identitaires" de l'Afa (types "AG thématique" et "Pradel") en permettant aux adhérents de les suivre à distance et de poser leurs questions sur le chat
- Idem pour l'AG statutaire (mais quid du vote électronique si vote nécessaire?)

Si nous décidons de nous équiper pour faire ce type de produit, quel serait l'investissement à prévoir : matériel, achat du logiciel?, temps de webmastrice?

 

avis de Benoît Girardot Direction des systèmes d'information Cirad :

Nous n'avons pas l'expérience de ce type d'outils mais en regardant rapidement, l'offre eyedo  semble se démarquer des autres par sa simplicité de mise en Å“uvre, une excellente ergonomie et enfin son caractère très "complet" (diaporama, documents, chat, etc.).

Pour la suite... seule l'expérience permettra de juger de sa qualité.

Dans ce type d'offre hébergée, il faut être attentif aux problèmes de droits. Je suppose que lors de la création d'un compte un contrat décrivant la relation entre eyedo et ses utilisateurs doit être soumis à validation, il faudra le lire attentivement.

A prendre en compte aussi (mais à confirmer), le fait que "l'événement" n'existe sans doute pas en dehors du site eyedo. Je ne pense pas qu'il soit possible de récupérer les fichiers correspondants pour un éventuel archivage ou une utilisation sur un autre support (DVD par exemple). Si tel est le
cas, l'existence de l'événement est lié à la durée de vie d'eyedo, dans le domaine du web, cela peut-être court !