Vous êtes ici : Accueil  > L'agronomie pour tous  > Inter-sciences

Inter-sciences

L'agronomie est au coeur des sciences du vivant.

La gestion d'agrosystèmes dans une complexité croissante nécessite de prendre en compte toutes ses composantes (à l'échelle parcellaire, de l'exploitation familiale comme à l'échelle du territoire). Parce que l'agronomie a l'action dans son " projet ", des interactions fortes sont nécessaires avec d'autres disciplines pour plus de pertinence voire d'utilité sociale de ses travaux.

Cette rubrique aborde les échanges existants ou à développer avec d'autres connaissances :

  • Comment l'Agronomie et l'Histoire se rencontrent pour faire de la prospective ?
  • Comment l'Agronomie et l'Ecologie se rencontrent : quelles connaissances en interface pour résoudre des questions d'agroécologie ?
  • Comment l'Agronome dialogue avec les disciplines scientifiques : géographie, économie, sociologie...

Progressivement seront mis en ligne:

- des témoignages d'expériences particulièrement fertiles

- les réflexions du groupe de travail Convergences et Synergies


Agronomie et politique

Contested Agronomy: Agricultural Research in a Changing World

Un ouvrage d'"agronomie politique" qui cherche à sortir d'une vision purement technique de l'agronomie, et à discuter son insertion dans la société. Les auteurs montrent que la recherche contribue à la promotion de certaines technologies qui ne sont souvent pas fondées sur des preuves scientifiques et techniques de leur utilité.

   

 

Edited by James Sumberg and John Thompson  

Routledge (2012)  220 pp, ISBN 978 0 415 50714 1(Pb)

En savoir +  : STEPS Centres Pathways to Sustainability series


Agronomie et Ecologie

   

Agriculture et écologie : tensions, synergies et enjeux pour l'agronomie 

   

ce n° complet de la Revue de l'Afa AE&S vol.2, n° 1 , juin 2012 est téléchargeable ici

 

   

   

 

Dans le prolongement de cette publication de l'Afa rassemblant les interventions

présentées lors de notre AG en mars, nous vous signalons deux ouvrages :

 

   

Agroécologie : Entre pratiques et sciences sociales

 

NIZET Jean, STASSART Pierre , VAN DAM Denise , STREITH Michel

http://editions.educagri.fr/

en savoir + : note de lecture réalisée en 2012 par l'Université de Liège

Lire un résumé 

   

Vive l'AGRO-RÉVOLUTION française!

Vincent TARDIEU

http://www.editions-belin.com/

avec une vidéo d'Universciences présentant les enjeux

ici http://www.universcience.tv/video-vive-l-agro-revolution-francaise-5448.html

 

    

 

   


Sur le terrain avec l'AFA le 13 octobre 2010 en Bourgogne

"Agriculture & Ecologie en Bourgogne et Franche Comté, quelles synergies possibles et quelle place pour l'agronomie ?"

Une journée organisée par le Groupe

Convergences et Synergies

entre l'Agronomie et les autres Disciplines

animé par Thierry Doré, François Kockmann, Guy Trébuil

 

Télécharger le programme   et voir le compte-rendu 

Autres ressources sur le thème de cette journée,

Découvrir le sujet

par le site http://agroecologie.cirad.fr/

 

Comprendre les usages pour les Pays du Sud http://www.agrisud.org/ avec Vincent Ribier et Michel Griffon (CIRAD), pour qui l'agroécologie s'inscrit comme une alternative aux schémas classiques en privilégiant des modèles agricoles durables attentifs au respect de l'environnement, économiquement performants et socialement porteurs de développement et d'équité.

Appréhender  la complexité de la question de l'Agroécologie en lisant

Agroecology as a science, a movement and a practice. A review par A. Wezel, S. Bellon, T. Doré, C. Francis, D. Vallod et C. David

publié en 2009 www.agronomy-journal.org

L'agroécologie désigne entre 1930 et 1960 une discipline purement scientifique. Des mouvements écologistes des années 1960 contre l'agriculture industrielle donnent naissance à des mouvements agroécologiques dans les années 1990. Le sens d'agroécologie comme une pratique agricole émerge dans les années 1980. Les échelles et les dimensions des enquêtes agroécologiques ont changé au cours des 80 dernières années de la parcelle aux exploitations puis aux agroécosystèmes. Ces diverses significations, variables selon les pays, sont source de confusion. Les auteurs appellent  donc ceux qui écrivent sur le sujet à être explicites !

Où se former à l'agroécologie en France :

ISARA à Lyon  Master en Agroécologie

AgroParisTech  Master "De l'Agronomie à l'Agro-Écologie"

Solagro aborde le sujet à l'échelle de l'exploitation dans un stage nommé agroécologie en septembre 2010 abordant l'Intérêts agronomiques et écologique des couverts végétaux; Leur intégration dans les systèmes agricoles; Zoom sur l'agriculture de conservationet dans un document de 2009 sur les infrastructures agrocécologiques

Un colloque a eu lieu à l'ISARA en mars 2010 à l'initiative des étudiants avec des vidéos accessibles ici

 

 


Colloque agro-écologie organisé par les étudiants de l'ESA en novembre 2010


En lien avec les préoccupations des Jeunes Agronomes, cet évènement a reçu un soutien de l'Afa.

télécharger le compte-rendu.

 

Quatre vidéos de la journée d' introduction ont été réalisées :

Présentation par  Christophe NAUDIN et Françoise COSTE

Présentation  par Thierry DORE

Présentation par Valentin BEAUVAL

Débat avec la  salle


Agronomie et Biodiversité

L'observatoire agricole de la biodiversité (OAB) : développement de l'observation de la biodiversité par le monde agricole

Le ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt en collaboration avec le Muséum national d'Histoire naturelle et l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture a réuni le 21 septembre 2012

http://observatoire-agricole-biodiversite.fr/l-oab/agenda

une centaine d’acteurs, nouveaux arrivants ou participants à l’Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB), issus de coopératives, instituts techniques, associations de protection de la nature, fédérations de chasseurs, syndicats agricoles, chambres d'agriculture, parcs naturels régionaux… pour la première journée technique de l’OAB. La journée a été riche en échanges et a permis de construire collectivement les perspectives de l’observatoire.

   
Une action lancée par le Ministère en charge de l'Agriculture dans le cadre de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB) 
Développé dans le cadre des engagements du ministère de l’Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt dans la SNB, l’OAB accompagne des agriculteurs volontaires, à travers quatre protocoles simples : vers de terre, papillons, abeilles solitaires et invertébrés terrestres. Les agriculteurs observent et qualifient ainsi la biodiversité de leurs propres parcelles et alimentent une base de données nationale permettant de tracer les tendances d'évolution des populations observées.
Lors de leurs observations, les 400 agriculteurs déjà impliqués sur 43 départements lient ces observations, à la qualité de leurs sols, à l’état du milieu et à la présence de pollinisateurs dans leurs exploitations. L'OAB leur permet à la fois de s'approprier les enjeux de biodiversité sur leur exploitation et de bénéficier d’un support de discussion avec les autres acteurs impliqués.

   
Une multiplicité d'acteurs impliqués dans le dispositif 
Localement, les animateurs qui mobilisent les agriculteurs représentent une grande diversité de structures de développement. Parmi celles-ci, les Chambres d'agriculture sont le premier partenaire avec une trentaine de Chambres impliquées.
Les agriculteurs sont conscients des impératifs de protection et de préservation de la biodiversité et s’engagent toujours plus nombreux dans cette démarche. Ils reçoivent un retour d’informations sur leurs observations et de savoir technique par le biais de bilans annuels.

   
Un projet de sciences participatives innovant
Fondateur du programme de sciences participatives Vigie-Nature, le Muséum national d’Histoire naturelle est le coordinateur scientifique de l’OAB, en partenariat avec l'Université de Rennes 1 et le CNRS (LADYSS).
Il est rappelé que pour cet observatoire participatif de la biodiversité en milieu agricole, dans lequel chacun peut contribuer à la construction du savoir collectif, le nombre important de données permettra d'assurer la robustesse des indicateurs de biodiversité qui en seront issus. En s'adressant aux agriculteurs, acteurs les premiers concernés, l’OAB permet de renforcer leur rôle actif dans la gestion de la biodiversité.

   
Il s'agit à présent de poursuivre la mobilisation de toutes les bonnes volontés, des animateurs et des agriculteurs, notamment sur les secteurs les moins bien représentés comme l'arboriculture et le maraîchage, pour que l’OAB atteigne ses objectifs.

   
En savoir + : http://www.observatoire-agricole-biodiversite.fr


Agronomie et Géographie

Géoagronomie, paysage et projets de territoire. Sur les traces de Jean-Pierre Deffontaines

 

L'œuvre de Jean-Pierre Deffontaines est multiforme. Ceux qui ont suivi avec lui des chemins détournés, exploré des voies innovantes, traversé de multiples champs, savent le potentiel de création qu'elle recèle. Dans le livre, nous poursuivons ses traces sur ses trois thématiques : la géoagronomie, le paysage, les projets de territoire. Dans le DVD, sont rassemblées des productions iconographiques et multi-média de Jean-Pierre et d'autres auteurs. Ses sculptures parsèment le tout.

 

L'ouvrage est paru aux Editions QUAE, collection NSS., édité par Sylvie Lardon, éditrice scientifique, avec la participation de : Marc Benoît, Benoît Deffontaines, Anne Mathieu, François Papy, Régis Ambroise, Colette Deffontaines, Martine Mignote.

   

En savoir +

 

    


Agronomie et Sociologie

Aider les agriculteurs à se positionner dans les débats relatifs à ce que devrait être leur activité
Les agriculteurs sont aujourd'hui invités à revoir la façon dont ils conçoivent et exercent leur métier. Cette invention passe par un débat entre agriculteurs que la sociologie peut faciliter. L'équipe de l'INRA-SAD est active sur ce sujet

   

en savoir +

 

 


Agronomie et Économie

Des politiques publiques à l’efficacité économique des entreprises agricoles : quelles synergies entre agronomie et économie ? 7èmes Entretiens septembre 2013

    

L’objectif était d’interpeller des agronomes et des économistes pour faire en sorte que ceux-ci travaillent mieux ensemble dans cette période actuelle de changements des pratiques dans la perspective de l’agriculture durable, dans des formes d’agriculture diverses (industrielle, paysanne,…), et ce, à différentes échelles.

En savoir +

 

     

 

L'agriculture française: une diva à réveiller ?

   

Pourquoi les agriculteurs français ont-ils autant peur de l’avenir ? Pourquoi notre agriculture qui fut très brillante et demeure un des fleurons de nos exportations voit-elle ses performances régresser par rapport à plusieurs de ses concurrents ? Quels sont les chemins de la reconquête ? Observateur et acteur passionné, Jean-Maris Seronie, agronome et expert comptable nous propose sa vision du monde agricole et un regard résolument optimiste sur l’avenir de notre agriculture française.

   

Télécharger le communiqué

En savoir + : éditions QUAE

    

Jean-Marie Séronie a participé aux Entretiens du Pradel 2013 "agronomie et économie" voir la vidéo ici 

   


Histoire(s) d'Agronomie

L'histoire de l'agronomie s'autonomise depuis quelques années de l'histoire rurale mais elle y reste obligatoirement attachée. Toutefois, une bibliographie spécifique émerge peu à peu. D'où l'idée, ici, de proposer des fiches de lectures brèves d'ouvrages-clés en histoire de l'agronomie.

 

Fabien KNITTEL, MCF Université de Franche-Comté

et chercheur INRA-SAD (UR 055), unité de recherches ASTER,

commente un ouvrage assez récent puisque paru en 2008.

Christophe Bonneuil, Gilles Denis, Jean-Luc Mayaud (dir.), Sciences, chercheurs et agriculture. Pour une histoire de la recherche agronomique, Paris, Quae éd./L'Harmattan, 2008, 300 pages, Préface de Bernard Hubert et Raphaël Larrère, coll. " Histoire des sciences, Série Etudes "

 

Sciences, chercheurs et agriculture est le résultat des journées des 24 et 25 octobre 2006, organisées par le Comité d'histoire de l'INRA, pour fêter le soixantième anniversaire de l'INRA. Les préfaciers de l'ouvrage rappellent le but du volume qui est d'appréhender les interactions, depuis le XIXe siècle, entre les transformations de l'agriculture et les approches scientifiques et techniques qui étudient l'agriculture, ainsi que les rapports complexes avec l'environnement rural (au sens large).

 

Le premier chapitre, intitulé " pour une histoire des acteurs et des institutions des sciences et techniques de l'agriculture et de l'alimentation " (p. 5-44), est une longue introduction méthodologique et programmatique où les auteurs, qui sont aussi les coordonateurs de l'ouvrage, proposent les clés méthodologique et épistémologiques pour une histoire de l'agronomie. C'est un essai de méthode sur les règles qui s'imposent à qui veut écrire sur l'histoire de l'agronomie, définie comme les " institutions scientifiques et techniques de l'agriculture et de l'alimentation ". Les auteurs posent immédiatement la question de la diffusion de l'innovation et mettent en cause le modèle, trop simple, d'une diffusion des nouveautés techniques du laboratoire au champ. Ce sens unique n'est pas opératoire et masque une réalité bien plus complexe où les schémas de diffusion de l'innovation sont multiples intégrant tous les acteurs dans des interactions nombreuses.

 

Aujourd'hui, le progrès agricole est socialement mis en question, voire même contesté par une frange de la société à cause des problèmes liés à la pollution intégrés dans la problématique plus large du développement durable, quelque fois assez flou d'ailleurs. L'agriculture à haute valeur environnementale devient un nouveau paradigme socialement construit qui interpelle les historiens qui intègrent dans leur sujet d'étude l'agriculture et l'agronomie perçues par la société confrontée à l'agriculture et à l'agronomie des agriculteurs et des agronomes en faisant une socio-histoire des croisements et des hiatus provoqués par cette dialectique. Voilà de nouveaux objets qui provoquent un retour à des oeuvres parfois négligées comme celle de Simondon ou celle d'Haudricourt. Ils ont pensé les rapports entre vivant et techniques et entre société et techniques, pistes fécondes pour une histoire culturelle des sciences et des techniques telles que les auteurs de ce " manifeste " la conçoivent. 

Les auteurs refusent aussi l'étude d'une science hors du temps et rappellent la nécessité d'une analyse des sciences et des techniques socialement situées, c'est-à-dire intégrées dans les multiples contextes (p. 19) qui les rendent possibles (et inversement).

Le but est d'éviter une histoire à sens unique ne tenant compte que des " vainqueurs " du progrès technique et reléguant tous les " obscurs " dans l'oubli. La symétrie proposée par le " programme fort " oblige à la prise en compte de tous les acteurs, y compris les " vaincus ", réintégrés dans les réseaux multi-acteurs et dans les jeux complexes d'acteurs. Pour cette " relecture contextualisée du progrès au champ " Ch. Bonneuil, G. Denis et J.L. Mayaud nous proposent de redécouvrir la sociologie des sciences de Ludwik Fleck, auteur de Genèse et développement d'un fait scientifique en 1935 (traduction et publication par N. Jas en 2005). C'est une invitation concrète à des études pluridisciplinaires ou, comme l'écrivent les auteurs, à une " transversalité maîtrisée " (p. 20).

Il faut retenir la riche bibliographie (p. 35-44) qui permettra au chercheur intéressé par ce champ scientifique récent qu'est l'histoire de l'agronomie de trouver les guides méthodologiques et des pistes de réflexions fécondes dans les multiples titres référencés, offrant une ouverture pour le mise en Å“uvre  concrète du programme conseillé.

Les onze autres communications sont donc des réalisations ciblées sur des points particuliers de l'histoire de l'agronomie correspondant à la grille méthodologique exposée dans l'introduction.

Pour aller plus loin, un compte rendu critique plus détaillé de cet ouvrage a été rédigé par mes soins et publié dans Histoire et Sociétés Rurales, n°32, 2009, pages 272-276.

 

 


Inter-sciences sur la toile : quelques sites remarqués

À propos de résilience en Suède http://resilience.juridicum.su.se/

   

À propos d'écologie en France http://www.sfecologie.org/   et à l'international http://www.ipbes.net/

   

À propos d'agroforesterie en France  http://www.agroforesterie.fr/