Vous êtes ici : Accueil  > Qui sommes nous ?  > Animation de l'AFA  > Antoine MÉSSEAN

Antoine MÉSSEAN

Chercheur, directeur de l’unité Impacts écologiques des innovations en production végétale (INRA)

 

Issu d’une famille d’agriculteurs et n’ayant pu rester sur l’exploitation familiale, il est devenu ingénieur agronome (INA-PG) et a évolué tout au long de sa carrière à l’interface entre la recherche agronomique et le développement agricole et autour de la problématique de l’innovation agronomique.

- son parcours de chercheur en biométrie à l’INRA sur la modélisation de systèmes complexes et dynamiques l’a initié à la diversité nécessaire des formalismes de représentation des impacts systémiques des innovations ;

- son passage au CETIOM (devenu Terres-Innovia) pendant 15 ans, lui a permis d’appréhender les limites du modèle de diffusion des innovations pour les agriculteurs et les écueils liés à la fragmentation et le manque de cohérence des dispositifs d’innovation au sein de la recherche et du développement français;

- son engagement sur le dossier des organismes génétiquement modifiés, comme expert des pouvoirs publics et comme coordinateur de programmes interdisciplinaires et inter-instituts sur leurs impacts, lui a permis de travailler sur un cas d’innovation agronomique « en train de se faire », de constater les limites des dispositifs d’action collective et de mesurer la responsabilité sociétale des agronomes ;

- son cheminement en prospective avec Michel Sebillotte lui a permis d’explorer les différentes dimensions de l’agronome en action et la nécessité pour les agronomes de s’investir beaucoup plus dans la construction de la décision privée et publique ;

- son engagement dans la constitution de réseaux européens autour de la protection intégrée, des innovations biotechnologiques et de la diversification des systèmes de cultures l'a convaincu du rôle essentiel des agronomes pour faire évoluer les systèmes sociotechniques et le sensibilise chaque jour davantage à l’insuffisante diffusion internationale de la pensée agronomique française.

C’est cette expérience qu'il met au service de l’Afa, dont il est adhérent depuis longtemps, en tant qu’administrateur. En particulier, il propose d’engager des actions permettant aux agronomes d’être plus influents dans la construction de la décision publique, notamment les politiques agricoles. Par ailleurs, il souhaite œuvrer à faire rayonner la pensée agronomique française à l’échelle européenne et internationale par une meilleure diffusion de nos travaux.

 

 

Il est aussi membre de l'Académie d'Agriculture